Le 8 septembre 2014 | Mis à jour le 8 septembre 2014

L’Atelier Avant Seize pose un regard sur l’Afrique

par Interencheres

C’est un voyage au cœur de l’Afrique noire que proposent Maîtres Perrine Bellier et Nicolas Fierfort à l’occasion de leur vente de photographies à l’hôtel des ventes d’Evreux le 13 septembre 2014 et sur le live d’Interencheres. Les paysages arides du Niger côtoient les champs verdoyants du Burkina Faso, les marchés camerounais et les danses vaudou du Benin. Cette envolée dans l’Afrique subsaharienne est l’occasion de découvrir des ethnies telles que les Mursi d’Ethiopie, dont les femmes parent leur visage avec des plateaux de terre cuite accrochés à leur lèvre, et de partir au Togo pendant les fêtes du peuple Guen-Mina pour le nouvel an. Pour l’occasion, les femmes s’habillent, se maquillent en blanc, et enfilent des colliers multicolores.
.
Cette évasion africaine est le fruit du collectif Atelier Avant Seize. Son projet, porté par René Girot, est de collecter et d’archiver des photographies sur la vie des femmes du continent, pour montrer leur quotidien. « J’ai longtemps collectionné les vieilles cartes postales d’Edmond Fortier sur l’Afrique, et je me suis demandé ce que nous connaissons aujourd’hui des villages reculés qu’il prenait en photo il y a 100 ans, raconte René Girot. Je voulais savoir si la vie avait changée. » Afin de ne pas altérer le comportement des sujets face à l’objectif, tous les clichés sont réalisés par des femmes autochtones. « C’est un véritable dialogue qui se met en place avec les femmes que je contacte, explique René Girot. L’une d’elle est originaire du Burkina Faso. Elle propose des endroits où elle pourrait aller et, d’autres fois, je lui donne des directives sur les sujets à traiter. Par exemple, la photographie montrant une Femme au champ verdoyant tenant un récipient est le fruit de l’une de ses immersions dans un village en territoire Lobi. Cette image est un rare témoignage de femmes portant les deux labrets marquant son appartenance à son ethnie. »
.
Maître Nicolas Fierfort, commissaire-priseur de la vente, précise qu’il s’agit d’un « regard de femmes orienté vers les femmes ». René Girot forme les femmes à la photographie et envoie une petite somme d’argent pour subventionner l’achat du matériel et le bon déroulement de son projet. « La tâche n’est pas toujours aisée avec le climat qui use rapidement le matériel photographique. Le changement de vie des volontaires comme un mariage ou un déménagement peut parfois stopper le projet », continue Maître Fierfort. Malgré ces obstacles le collectif compte aujourd‘hui plus de 3 000 photographies. Le résultat fournit un témoignage sans égal sur la vie des femmes dans des régions où les populations sont difficiles d’accès.
.
.

« C’est la première fois que les photos de l’Atelier Avant Seize seront vendues aux enchères. Les clichés sont des tirages numériques de 40 centimètres sur 60, signés et numérotés 1/20 pour la plupart », ajoute Maître Nicolas Fierfort. Les estimations très raisonnables oscillent entre 50 et 100 euros.
.
Lien vers la vente

Haut de page

Vous aimerez aussi

Un dessin inédit du Bernin découvert à Compiègne

Le 1 mars 2021 | Mis à jour le 1 mars 2021

Quelques mois après l’adjudication record à 24,2 millions d’euros d’un panneau du peintre primitif italien Cimabue, la maison Actéon présentera aux enchères le 20 mars une sanguine inédite du Bernin. […]

Expertise : un fauteuil Louis XV estampillé de Père Gourdin

Le 24 février 2021 | Mis à jour le 1 mars 2021

L’estampille de Jean Gourdin, dit Père Gourdin, est le signe d’un art menuisier français d’excellence. Jacques Dubarry de Lassale décrypte les particularités de ces sièges remarquables à travers l’expertise d’un […]