Le 7 mai 2015 | Mis à jour le 7 mai 2015

Le cinétisme méconnu de Pierre Legendre

par Interencheres

[Vente à venir] « La langue qu’il s’est construite en partant de la ligne droite se veut pure, presque transparente et originaire. L’artiste ne laisse subsister de la peinture que ce qui lui est essentiel ». C’est ainsi que Fernand Fournier, philosophe et critique d’art, parlait de Pierre Legendre (1932-2009), peintre méconnu dont l’œuvre se situe entre art abstrait géométrique et cinétisme. Aujourd’hui, c’est tout son fonds d’atelier que Maître Hubert L’Huillier propose de redécouvrir le mercredi 13 mai 2015 à Paris, dans une vente rassemblant 158 lots.

.

D’abord dessinateur publicitaire − il est à l’origine de logos de grandes marques comme Nina Ricci ou Hermès − Pierre Legendre expose à partir des années 70 et dix ans plus tard, participe à de nombreux salons d’artistes tels que le Salon des Réalités Nouvelles. Malgré cette activité artistique, « c’est un peintre qui a su rester excessivement discret durant sa carrière et qui est aujourd’hui complètement inconnu du grand public, confie Maître L’Huillier. Il y a pourtant une constance dans sa recherche des formes, une justesse, un équilibre et une précision qu’il a eu l’occasion de parfaire durant ses trente ans de métier. On distingue également une grande rigueur morale, caractéristique de sa quête philosophique de spiritualité que reflète son art. »

Proche de l’art cinétique de Cruz Diez (né en 1923), Pierre Legendre se défend d’appartenir à l’art concret. « Ses œuvres sont pourtant empruntes d’un goût pour le purisme et l’immatérialité de la ligne droite, explique le commissaire-priseur. Dans ses compositions, il utilise l’encre de Chine qu’il projette sur la toile à l’aide d’un pantographe, ancêtre de la bombe moderne. Ses noirs sont, de ce fait, très intenses et ses dégradés de gris particulièrement impressionnants. » Proposées sans aucun prix de réserve, ses œuvres sont estimées quelques centaines d’euros seulement et les ordres d’achat sont déjà nombreux. Nul doute que les amateurs d’art du XXe seront intrigués par cet artiste à redécouvrir, à l’image de la BNP qui compte déjà plusieurs peintures de l’artiste dans le fonds de collection privée de son siège parisien.

.

Lien vers l’annonce de la vente aux enchères

Haut de page

Vous aimerez aussi

Tout connaître sur les cuirs de Cordoue

Le 23 juillet 2021 | Mis à jour le 23 juillet 2021

Utilisé pour confectionner des tentures murales ou recouvrir des sièges, meubles ou paravents, le cuir doré ou cuir de Cordoue parait les plus belles demeures européennes jusqu’à la fin du […]

Takanori Oguiss, un peintre japonais à Paris

Le 21 juillet 2021 | Mis à jour le 21 juillet 2021

Sensible au charme pittoresque parisien, Takanori Oguiss s’est illustré à travers ses vues de la capitale où il s’établit durant l’entre-deux-guerres. Le 24 juillet à Vannes, Jack-Philippe Ruellan présentera aux […]

5 choses à savoir sur le designer danois Hans Wegner

Le 20 juillet 2021 | Mis à jour le 21 juillet 2021

Surnommé le Master of chairs, Hans J. Wegner est l’un des pères du design scandinave. Cet artisan-designer danois a révolutionné l’histoire du mobilier avec ses meubles modernes et élégants, alliant […]