Le 6 février 2014 | Mis à jour le 7 février 2014

Le fou, la mort et Sarah Bernhardt

par Interencheres

[Lot du jour] Un fou de bronze tenant une tête de mort façon Hamlet, le visage illuminé d’un large sourire, assis sur un petit coussin : voici l’un des lots-phares de la vente organisée par Maître Frédéric Laurent de Rummel le 9 février 2014 à Saint-Germain-en-Laye. Cette rare épreuve de bronze à patine brun clair nuancé est une œuvre de Sarah Bernhardt (1845-1923), célèbre tragédienne française du XIXe siècle, Jean Cocteau inventera même pour elle l’expression de « monstre sacré ».

.

Après quelques déboires avec le milieu du théâtre dans les années 1870, elle se tourne vers la peinture et la sculpture. Roland Mathieu-Meunier, sculpteur, distingue chez elle un réel talent pour cette discipline. Il la forme et cela devient vite une véritable passion pour l’ancienne comédienne. Certaines de ses œuvres sont alors présentées aux salons entre 1874 et 1891 et reçoivent de bonnes critiques notamment de la part d’Emile Zola.

.

Néanmoins, son amour pour le théâtre est toujours présent. Elle décide alors par le biais de notre lot d’illustrer la pièce « Le Roi s’amuse » écrite par Victor Hugo en 1832. Elle sculpte ici sa vision du personnage principal, le bouffon Triboulet qui tient dans sa main le crâne de sa fille dont il a, par erreur, provoqué la mort. Comme l’écrit Victor Hugo : « Resté bouffon, cachant mon double intérieur, pleurant des pleurs de sang sous mon masque rieur. » Le héros de la sculpture et de la pièce est un personnage à double personnalité, d’un côté pathétique il sourit devant la mort, mais de l’autre, son hilarité cache l’amour immense qu’il porte à sa fille et sa volonté de vengeance.

.

L’un des rares exemplaires de ce « Fou et la mort » est conservé au musée des Beaux-Arts de Dijon. Véritable pièce d’exception, signée et datée par le célèbre fondeur Martin, notre sculpture est estimée de 22 000 à 25 000 euros.

Lien vers le lot de la vente

Haut de page

Vous aimerez aussi

Claude Viallat de retour à Nîmes

Le 2 août 2021 | Mis à jour le 2 août 2021

Le 4 août à Nîmes, la vacation estivale de Pierre Champion et Françoise Kusel sera l’occasion de retrouver l’enfant du pays, Claude Viallat, dont deux œuvres seront proposées de 1 […]

Jean Dufy, de Paris à Stockholm

Le 2 août 2021 | Mis à jour le 2 août 2021

Alors que le Musée de Montmartre expose dans la capitale « Le Paris de Raoul Dufy », une vue du bois de Boulogne signée de son frère cadet, Jean, sera […]

Comment dater une horloge comtoise du XVIIe siècle ?

Le 29 juillet 2021 | Mis à jour le 29 juillet 2021

Les décors, matériaux et mécanismes des horloges comtoises, apparues autour de 1660, évoluent tout au long du XVIIe siècle. Pour les différencier et les dater précisément, le maître ébéniste Jacques […]