Le 7 mars 2014 | Mis à jour le 14 mars 2014

18 500 euros pour le liber amicorum, ancêtre de Facebook

par Interencheres

Mise à jour du 13 mars 2014 : Le liber amicorum, livre d’amitié de Marguerite de Valois, a été adjugé par Maître Richard Maunier et Thierry Noudel-Deniau à 18 500 euros (prix marteau) sur le Live !

.

[Lot du jour] Au XVIe siècle, les lettrés aiment rassembler dans un même carnet le souvenirs des rencontres faites au cours de leurs voyages ainsi que de leurs plus belles amitiés. C’est dans cet esprit très humaniste que se répandent les libri amicorum, ou livres d’amis, qui réunissent en un manuscrit les souvenirs, signatures, poèmes, dessins des proches amis de son propriétaire. Ces pièces s’avèrent très précieuses pour comprendre l’entourage amical et professionnel de ce dernier.

.

De grands artistes et hommes de lettre célèbres se sont essayés à cette tradition qui a perduré jusqu’au XXe siècle. Parmi les ouvrages connus, le carnet d’un ami de Rembrandt dévoile des dessins originaux et inédits de l’artiste. Désormais, ce sont les réseaux sociaux tels que Facebook qui remplacent ces albums, autrefois incontournables. Le jeudi 13 mars 2014 à Toulon, Maîtres Richard Maunier et Thierry Noudel-Deniau proposent à la vente ce liber amicorum de Marguerite de Valois (1553-1615), femme de Henri IV.

.

Composé de 176 feuilles dorées sur les tranches, seules 64 pages ont été utilisées. Un poème très important y figure, composé de 21 huitains (strophes de huit vers), écrit à la main en rouge et noir, il est illustré par 43 gouaches. Il évoque l’amour courtois d’une damoiselle et d’un gentilhomme, tout en faisant référence à des récits d’amour mythologiques tels que « Persée et Andromède », ou bien à des scènes historiques, comme l’arrestation de François 1er devant Pavie.

.3

.

Dans la calligraphie de ces huitains, comme sur la couverture du livre, plusieurs « S » fermés, très répandus à l’époque, sont inscrits. Cette lettre, autrefois symbole de loyauté, est aujourd’hui interprétée par les historiens de l’art comme une réduction de l’expression britannique « To be a slave of love » (être esclave de l’amour). Celle-ci coïncide parfaitement avec le thème de notre liber amicorum et de son long poème, ainsi qu’à la vie amoureuse tumultueuse de Marguerite de Valois.

.

.

Les illustrations, elles aussi, répondent à la thématique de la libération par l’amour. Par exemple, sur la gouache ci-dessus est représenté Persée délivrant Andromède du dragon marin qui la retient prisonnière, cette gouache fait face au huitain racontant leurs exploits mythologiques.

.

.

Sur la page 25 ci-dessus, en face du « Huictain sur cette histoire », l’illustration nous fait découvrir un couple dans un paysage. L’homme sur son cheval tend un bouquet à la femme qui tient une cordelette reliée à son cœur, symbolisation de la cruauté de l’amour.

.

.

Enfin, la troisième image ci-dessus incarne, quant à elle, le combat de deux chevaliers souhaitant obtenir les lauriers de la belle damoiselle.

.

En bon état général, ce témoignage d’histoire et de poésie est estimé de 15 000 à 20 000 euros.

.

Lien vers le lot de la vente

Haut de page

Vous aimerez aussi

Les enchères en mode shopping

Le 11 août 2020 | Mis à jour le 12 août 2020

Des bijoux en vitrine, des portants chargés de vêtements, des sacs à main élégants harmonieusement disposés… Certaines ventes aux enchères n’ont rien à envier aux boutiques de luxe ! Décryptage […]

5 choses à savoir sur Line Vautrin

Le 7 août 2020 | Mis à jour le 7 août 2020

Créatrice de boutons, bijoux et objets de décorations, Line Vautrin s’illustre à Paris dans de nombreux domaines dès les années 1920. Après un succès à l’Exposition universelle de 1937, elle […]