Le 30 octobre 2015 | Mis à jour le 30 octobre 2015

Le luxe 5 étoiles à portée d’enchères

par Interencheres

20151030-banniere-belami-5

[Vente à venir] Vous avez toujours rêvé de vous offrir une nuit dans un hôtel 5 étoiles ? Grâce à Maître Jack-Philippe Ruellan, c’est possible. Le mercredi 4 novembre 2015 à Paris, le commissaire-priseur dispersera le mobilier moderne de trois hôtels parisiens de luxe, dans la salle de restaurant de l’Hôtel Bel Ami, un hôtel 5 étoiles du VIe arrondissement de Paris.
.
.
« Nous regroupons dans une même vente le mobilier de l’Hôtel Bel Ami, celui de l’Hôtel de Sers (hôtel 5 étoiles dans le VIIIe) et celui de l’Hôtel Edouard VII situé avenue de l’Opéra. Ces trois hôtels ont en effet été rachetés par le groupe Bessé Signature qui a décidé de renouveler la décoration des lieux », confie le commissaire-priseur, à qui le groupe avait déjà fait appel en 2013 pour la dispersion du mobilier de l’Hôtel Vernet situé près de la place de l’Etoile.
.
.
A l’Hôtel Bel Ami, c’est l’intégralité du deuxième étage, soit vingt-huit chambres, qui sera proposé aux enchères. Les amoureux du luminaire et du design pourront notamment acquérir des lampes cylindriques signées Day Glow Editions (est. 40 à 60 euros pièce). Pour ceux qui chercheraient du mobilier, plusieurs pièces en chêne de l’architecte d’intérieur Pascal Allaman, dont des armoires (est. 100 à 150 euros pièce) et des chevets (est. 50 à 70 euros pièce) seront mises en vente, ainsi que des chaises de la designer espagnole Patricia Urquiola, avec sa fameuse « Fjord » à la garniture orange (est. 80 à 100 euros pièce).
.

20151030-banniere-belami2Le mobilier de l’hôtel de Sers, quant à lui, sera représenté par une quarantaine de lots dont neuf fauteuils « Louis Ghost » du designer français Philippe Starck (est. 100 à 120 euros pièce). Réalisés en polycarbonate rouge-orangé, ils sont inspirés des fauteuils d’époque Louis XVI. Neuf fauteuils cabriolets de style Louis XV garnis de tissu coloré Missoni seront également disponibles (est. 80 – 100 euros pièce).
.
.
Enfin, les amateurs de photographies du XXe siècle pourront acquérir neuf clichés de Raphaël Yoshitomi sur le thème du « Boudoir Burlesque ». Estimées entre 150 et 300 euros, elles ornaient les murs de l’hôtel Edouard VII. Notons également un très beau lustre Soffio réalisé en verre et cristal Swarowski, estimé entre 600 et 800 euros.
.
20151030-banniere-belami3

Du mobilier de salon à celui de la chambre à coucher, en passant par les meubles de la salle de bain et le minibar, cette vente de style contemporain est l’occasion pour tous de se meubler à petit prix. « Les estimations sont abordables et pourront intéresser les maisons d’hôtes, les particuliers ou même d’anciens clients ayant séjourné dans l’un de ces trois hôtels de luxe » conclut Maître Ruellan, qui proposera le 10 décembre 2015 une vente similaire portant cette fois sur le mobilier de l’Hôtel Montalembert, avec notamment des pièces du décorateur d’intérieur Christian Liaigre.
.
.
Lien vers l’annonce de la vente aux enchères

Haut de page

Vous aimerez aussi

Les ventes de fonds d’atelier, des musées éphémères

Le 17 septembre 2020 | Mis à jour le 17 septembre 2020

Révélant des artistes souvent méconnus ou oubliés, dont elles retracent l’entière carrière, les ventes de fonds d’atelier transforment les salles de ventes en de véritables musées éphémères.

Les enchères en musique

Le 17 septembre 2020 | Mis à jour le 17 septembre 2020

Gratter quelques accords de guitare, pianoter un refrain, empoigner un archet ou encore se mettre sérieusement à l’accordéon : la rentrée est souvent synonyme de bonnes résolutions à mettre en […]

Expertise d’une commode parisienne d’époque Régence

Le 17 septembre 2020 | Mis à jour le 17 septembre 2020

Datant du début du XVIIIe siècle, les commodes de l’époque Régence conservent la structure massive du style Louis XIV, tout en arborant des lignes plus souples et galbées, préfigurant le […]