Le 28 novembre 2016 | Mis à jour le 1 décembre 2016

Le musée maritime du Marineland aux enchères

par Interencheres

banniere-poype

Au cœur du parc aquatique du Marineland d’Antibes, niché entre les aquariums, le delphinarium et l’espace dédié aux orques se trouve un musée maritime. Maquettes de bateau, coquillages sculptés, longues vues, sextants et autres instruments scientifiques, casques de scaphandrier, ancres de marine, tableaux, objets d’art et d’artisanat liés à l’histoire de la navigation, à la vie des marins et à la pêche, toutes les pièces exposées appartenaient à Roland de La Poype (1920-2012), le fondateur du complexe. Samedi 3 et dimanche 4 novembre 2016 à Cannes et sur le Live d’Interencheres, la maison de ventes Azur Enchères dispersera la totalité des collections du musée privé. Parmi les 2 500 objets regroupés en 800 lots, Maître Julien Pichon nous livre ses trois coups de cœur.

.

Poséïdon rend hommage au fondateur du Marineland

« Ce buste du « Dieu des mers » habillé de coquillages, de coraux et d’améthystes me rappelle Roland de La Poype entouré de sa foisonnante collection. Passionné par le monde marin, le fondateur du Marineland souhaitait que l’ensemble de ses souvenirs maritimes soient accessibles aux visiteurs du parc aquatique (plus d’un million de personnes chaque année). A l’occasion de cette vente aux enchères, nous allons disperser la totalité du plus grand musée de France et l’un des plus importants du monde dédié à la marine. Ce Poséïdon italien, en carton martelé et bois noirci haut de près d’un mètre (estimé de 1 500 à 2 000 euros), rend hommage à ce grand personnage ».

.

.

Une chasse à la baleine en laine et en soie

« Cette tapisserie flamande datant de la Renaissance et provenant de l’atelier Joos Van Herzeele (1580-1586) est l’une de mes pièces préférées dans cette vente. Au centre de cette œuvre aux dimensions hors normes (plus de 4 mètres de haut pour 5,5 mètres de long) figure une scène sanglante de dépeçage de baleine. Une décor fantasmagorique composé de nombreux bateaux et personnages et médaillons allégoriques encadre la mise à mort de l’animal. Estimée de 30 000 à 40 000 euros, cette tapisserie en laine et en soie aborde un thème plutôt rare dans l’histoire de l’art. »

.

.

.

Un héros de l’Union soviétique collectionneur de portraits de bateaux

« Pilote de chasse au cours de la Seconde Guerre mondiale, Roland de La Poype fut l’un des premiers à débarquer en Russie en 1942, où il demeura jusqu’en 1945. Au cours de son séjour russe, le Français reçu le titre de héros de l’Union soviétique, le plus haut titre honorifique du pays. Plusieurs hommages à la Russie figurent au programme de la vente, à l’image de ce portait du torpilleur Cassini en rade de Dunkerque à l’occasion de la visite de l’empereur Nicolas II en France en 1901. C’est à bord de ce bateau que le président de la République française, Emile Loubet, partit à la rencontre de l’empereur Nicolas II qui se trouvait sur son yacht. »

.

Lien vers l’annonce des ventes aux enchères

.

.

.

.

Enregistrer

Haut de page

Vous aimerez aussi

Comment expertiser une table en cabaret ?

Le 13 janvier 2021 | Mis à jour le 14 janvier 2021

Désignant à l’origine un plateau, le terme cabaret est employé dès le XVIIe siècle pour décrire une table ronde, ovale, chantournée, triangulaire ou rectangulaire, comportant un plateau supérieur dont le […]