Le 21 juillet 2014 | Mis à jour le 23 juillet 2014

Le mystère de l’homme au nez cassé

par Interencheres

[Le lot du jour] Un vieil homme au nez cassé en manteau bleu se dessinant sur un fond jaune : l’identité de l’individu représenté sur ce portrait a fait l’objet d’une enquête minutieuse. Lorsque le tableau est apporté par un particulier à l’étude, pour une estimation, les seules informations présentent sont la signature et la date.

.
Réalisée en 1917, cette huile sur toile
s’avère être une production de la fin de la carrière de l’artiste peintre Maxime Maufra (1861 – 1918), originaire de Nantes et spécialisé dans les paysages maritimes de Bretagne. L’expert Philippe Jamault s’est basé sur le dernier lieu de résidence du peintre pour mener ses recherches. « Nous savons qu’il s’installe en 1903 à Kerhostin sur la presqu’île de Quiberon. Dans ces lieux, l’artiste termine sa vie isolé du monde avec pour seul contact un autre artiste peintre venu le rejoindre, Léon Duval-Gozlan. Les recherches tendent à prouver qu’il s’agit du portrait de son ami artiste, réalisé un an avant la mort de Maxime Maufra », explique Philippe Jamault.
.
Le Portrait présumé de Léon Duval Gozlan nous fait découvrir un nouveau pan du travail de l’artiste. La facture impressionniste qu’il adopte d’habitude pour les nombreux paysages se trouve moins appuyée dans le portrait qui nous est dévoilé. Les empâtements et les touches colorées propres à ce style se retrouvent dans le traitement du visage de l’homme et de sa barbe. À l’inverse, les aplats de couleurs utilisés pour représenter le pardessus et le cloisonnement des lattes jaunes à l’arrière-plan trouvent leur origine dans l’influence de l’Ecole de Pont-Aven. Maufra était en effet en contact avec le célèbre peintre Paul Gauguin, le chef de file du mouvement. Ce mélange très personnel des deux influences principales du peintre donne une toile aux caractéristiques spécifiques qui se démarque de toutes les autres productions de Maxime Maufra.
.
Au-delà d’un simple portrait d’artiste, l’Hôtel des ventes de Bretagne Atlantique présente dans le cadre de sa vente de tableaux d’écoles bretonnes, une œuvre originale ; un morceau d’histoire de l’art dont l’estimation est de 2 500 et 3 000 euros. La vente aura lieu le samedi 26 juillet à Quimper.

Lien vers l’annonce de la vente aux enchères

Haut de page

Vous aimerez aussi

5 choses à savoir sur Line Vautrin

Le 7 août 2020 | Mis à jour le 7 août 2020

Créatrice de boutons, bijoux et objets de décorations, Line Vautrin s’illustre à Paris dans de nombreux domaines dès les années 1920. Après un succès à l’Exposition universelle de 1937, elle […]