Le 30 septembre 2014 | Mis à jour le 1 octobre 2014

Le rideau tombe sur Régifilm

par Interencheres

Après 55 ans d’existence, la société de location Régifilm, spécialisée dans le cinéma et le théâtre, s’est défait de son important fonds d’objets et de costumes en tout genre avant sa fermeture. Retour sur trois jours de ventes inoubliables.
.
C’est une allée vidée de son bric-à-brac qui a accueilli les acheteurs venus assister aux trois jours de ventes de la société Régifilm du lundi 22 septembre au mercredi 24 septembre 2014. Pour l’occasion, les bureaux d’écoliers, la triplette, et les enseignes d’apothicaire ont laissé place à un écran sur lequel étaient retransmises les ventes. Après ce marathon de trois jours, l’heure est au bilan et celui-ci s’avère très positif. « Les trois vacations ont été un grand succès avec un montant total des adjudications s’élevant à près de 500 000 euros, frais compris, déclare Hülya Perrier, coordinatrice de la vente. La grande majorité des lots a été vendu ». Il y avait de beaux objets en vente comme les appareils photo, les machines à écrire et le mobilier urbain. Ce dernier a particulièrement attiré les acheteurs, à l’exemple d’une fontaine Wallace en résine qui a trouvé preneur pour 3 200 euros, et des éléments de fête foraine, comme le cochon de manège en bois parti à 1 400 euros ou les chevaux tous vendu autour de 1 000 euros.
.
.

« Il y avait du monde hier », a constaté Maître David Nordmann lorsqu’il a entamé la deuxième vacation, le mardi dernier. L’évènement a en effet amené beaucoup de curieux, d’acheteurs et de journalistes qui se sont retrouvés pour cette vente évènement. « Beaucoup de badauds sont venus voir la première vacation ; les acheteurs et les plus intéressées sont revenus plusieurs fois les jours suivants », précise Hülya Perrier.
.
.

C’est justement une des raisons pour lesquelles est revenu Damien, collectionneur d’enseignes publicitaires. « J’ai une double casquette pour ces ventes car je suis là en tant que particulier et en tant que professionnel, précise-t-il. Tout comme Régifilm, je fais de la location d’objets pour des téléfilms diffusés sur France 3. Hier, j’ai acheté une enseigne de métro à 1 300 euros pour le travail. Cette vente est pour moi une page d’histoire qui se tourne. »
.
Alors que les objets défilaient, la bonne humeur du commissaire-priseur animait les ventes. « Certains, peut-être, ont connu Alexandre le Grand. Mais pas forcément… », plaisante-t-il en parlant d’un lot de vases à l’antique. Cette boutade amuse particulièrement Marielle, voisine de l’entreprise de location située dans le 11e arrondissement de Paris. « Je n’avais jamais eu l’occasion de voir l’intérieur de ces lieux devant lesquels je passe tous les jours. Ça m’attriste de voir partir ces objets après toutes ces années mais c’est aussi une aubaine pour moi de découvrir pour la première fois une vente aux enchères. »
.
.
Alors que les uns se sont émerveillés devant la grande variété d’objets, d’autres ont été étonnés par l’envolée des prix. « Tout le monde a été surpris par les adjudications élevées, comme le plan de métro parisien adjugé à 750 euros», précise Damien en revenant sur les vacations auxquelles il a assisté. Pour Hülya Perrier, c’est presque le double de leurs estimations qui a été atteint lors de la première vente avec un résultat qui s’élève à 182 000 euros. « Je trouve que les enchères démarrent un peu haut, constate Olivier, collectionneur de machines à écrire. Dès que les ventes ont un lien avec le cinéma, les adjudications sont soutenues. »
.
Les locaux de Régifilm ont été vidés de la plupart de ses objets mais il en reste encore. Ainsi, le crocodile empaillé accroché au plafond attend sagement son tour, qui devrait arriver au début de l’année 2015. Ce témoin impassible résume cet endroit insolite, une caverne aux trésors au beau milieu de Paris d’où démarrait la magie du cinéma et du théâtre. Ces prochaines ventes seront annoncées sur le site Interencheres.

.
Lien vers notre article publié avant la vente

Haut de page

Vous aimerez aussi

Claude Viallat de retour à Nîmes

Le 2 août 2021 | Mis à jour le 2 août 2021

Le 4 août à Nîmes, la vacation estivale de Pierre Champion et Françoise Kusel sera l’occasion de retrouver l’enfant du pays, Claude Viallat, dont deux œuvres seront proposées de 1 […]

Jean Dufy, de Paris à Stockholm

Le 2 août 2021 | Mis à jour le 2 août 2021

Alors que le Musée de Montmartre expose dans la capitale « Le Paris de Raoul Dufy », une vue du bois de Boulogne signée de son frère cadet, Jean, sera […]

Comment dater une horloge comtoise du XVIIe siècle ?

Le 29 juillet 2021 | Mis à jour le 29 juillet 2021

Les décors, matériaux et mécanismes des horloges comtoises, apparues autour de 1660, évoluent tout au long du XVIIe siècle. Pour les différencier et les dater précisément, le maître ébéniste Jacques […]