Le 1 mai 2016 | Mis à jour le 4 mai 2016

Le surréalisme optimiste de Toyen

par Interencheres

1460463726698055

[Lot du jour] Quel avenir pour la liberté ? En 1946, après avoir enduré deux guerres mondiales, l’artiste Toyen (1902-1980) se pose cette question et lui donne corps à travers un tableau optimiste intitulé Le Devenir de la liberté. Samedi 7 mai 2016, cette œuvre surréaliste sera proposée aux enchères à Brest par la maison de ventes Thierry Lannon & Associés.

.

Le surréalisme est souvent résumé à André Breton, Giorgio de Chirico, Salvador Dali ou encore René Magritte. Pourtant, au milieu de ces artistes masculins, une femme occupait une place d’exception : Toyen, de son vrai nom Marie Cermínová. Originaire de Tchécoslovaquie, cette peintre commence à travailler dans les années 1920 et choisit son pseudonyme – contraction du mot citoyen – en raison de ses convictions politiques. Après l’invasion de la Tchécoslovaquie en 1939 et la mort de son compagnon, le poète Jindrich Styrsky (1899-1942), Toyen cesse de peindre. Marquée par la guerre, elle reprend ses pinceaux en 1944 pour s’interroger sur l’avenir du monde. 

.

Le Devenir de la liberté est œuvre imposante, de 165 par 65 centimètres, qui représente une femme entièrement recouverte de cosses de petits pois, entourée d’hirondelles en plein vol symbolisant le printemps, le renouveau et la paix tant espéréeInédite aux enchères, cette toile aurait été ramenée en France par Toyen en 1947, lors de son installation à Paris. Elle a ensuite été vendue à des particuliers, chez lesquels elle est restée pendant près d’un demi-siècle. Citée par André Breton dans son célèbre ouvrage Le surréalisme et la peinture, Le Devenir de la Liberté est une œuvre emblématique de ce mouvement artistique. Son estimation s’étale de 400 000 à 500 000 euros.

.

Lien vers l’annonce de vente du lot

Haut de page

Vous aimerez aussi

Expertise : un cartel d’époque Régence en marqueterie Boulle

Le 21 janvier 2021 | Mis à jour le 21 janvier 2021

Les cartels comptent parmi les rares objets encore fabriqués en marqueterie Boulle au milieu du XVIIIe siècle. Jacques Dubarry de Lassale décrypte ce travail d’une extrême minutie à travers l’expertise […]