Le 27 mai 2015 | Mis à jour le 28 mai 2015

Le trésor sommeillait depuis plus de cent ans…

par Magazine des enchères

20150526-numismatique-00

Une célèbre collection de monnaies antiques, mérovingiennes, carolingiennes et lorraines a été redécouverte sous un drap entre deux armoires normandes dans une maison du Perche. L’ensemble sera dispersé samedi 30 mai à Paris par Maître Patrice Biget.

.

20150526-numismatique-01Au cours d’un inventaire dans une maison du Perche, Maître Patrice Biget remarque dans l’une des chambres, coincé entre deux armoires normandes, un drap jauni par le soleil qui semble cacher quelque chose… Le commissaire-priseur soulève alors le tissu et tombe sur un meuble de rangement un peu particulier, dont les tiroirs sont occupés par des dizaines de pièces d’or, d’argent, de cuivre et de bronze : « un véritable trésor, qui sommeillait dans ce médailler depuis plus de cent ans ! » Les propriétaires des lieux informent Maître Biget qu’il s’agit de la collection numismatique de leur ancêtre, l’abbé de Jobal (1748-1806), un ensemble connu de tous les spécialistes et largement répertorié au XIXe siècle dans de nombreux ouvrages. « La famille m’a même montré des courriers de conservateurs de musées leur demandant si cette prestigieuse collection se trouvait bien chez eux. Mais ils n’y ont jamais répondu », raconte le commissaire-priseur.

.

Avec l’aide de l’expert en numismatique, Thierry Parsy, Patrice Biget se met à enquêter sur l’histoire de cet ensemble. « Son instigateur, l’abbé de Jobal était chanoine de la cathédrale de Metz et conseiller d’honneur au Parlement de la ville. En 1781, il quitte la France pour la Martinique et laisse alors à son frère les cartons contenant sa collection. Déposée dans un grenier et cachée dans des torchons, elle a échappé par miracle au pillage du château familial pendant la Révolution », raconte l’expert avant de préciser que cette collection restée « dans son jus » regroupe des monnaies antiques, dont quelques deniers de grande qualité, comme ceux de l’empereur Auguste, ainsi que d’impressionnantes pièces mérovingiennes : « cela faisait plus de 60 ans que le marché n’avait pas vu passer un ensemble aussi important datant de cette époque », complète Maître Biget.

.

Toute l’histoire de la numismatique de la Lorraine, terre natale de l’abbé de Jobal, depuis l’époque romaine jusqu’au XVIIIe siècle sera également racontée à travers cette collection. « D’un immense intérêt aussi bien historique que scientifique et artistique, l’ensemble comptera parmi les plus prestigieux passés aux enchères publiques, s’enthousiasme Thierry Parsy avant de préciser que toutes ces monnaies et jetons avaient conservé leur étiquette d’origine, écrite de la main de l’abbé. »

.

Lien vers l’annonce de cette vente aux enchères

Haut de page

Vous aimerez aussi

Albert Clouard, le nabi clandestin aux enchères à Brest

Le 12 juillet 2024 | Mis à jour le 12 juillet 2024

A l’occasion de sa vente annuelle dédiée aux écoles bretonnes et à l’art moderne, la maison Thierry-Lannon & Associés dévoilera aux enchères le 20 juillet à Brest une toile réalisée […]

Un dessin inédit de Géricault ressurgit à Marseille

Le 25 juin 2024 | Mis à jour le 25 juin 2024

Un dessin inédit de Théodore Géricault sera dévoilé aux enchères le 28 juin à Marseille. Estimé de 30 000 à 40 000 euros, il provient de l’ancienne collection de son […]