Le 15 novembre 2013 | Mis à jour le 15 novembre 2013

Les compositions mythologiques de Boltanski

par Interencheres

[Le lot du jour] A l’occasion d’une vente de tableaux modernes le lundi 18 novembre 2013 à Paris, la maison Digard et Pestel-Debord cherche à creuser plus profond encore le mystère des formes de l’art contemporain en proposant notamment trois photographies du célèbre plasticien français Christian Boltanski

.

Trois formes géométriques grimaçantes : un carré, un rond et un triangle sur lesquelles se dessine un visage mystérieux, ces tirages photographiques intitulés Composition mythologique ont été réalisés par l’artiste français Christian Boltanski. Dans les années 1980 en effet, il photographie des formes colorées qu’il agrandit ensuite dans le but de les modeler, en se rapprochant ainsi de la peinture. Cette série constitue un travail à part, dans lequel il est bien plus question d’émotion que de signification, frontière entre présence et absence.

.

Né en 1944, Christian Boltanski est un artiste français dont l’œuvre tourne essentiellement autour de la célébration de la mémoire et du souvenir. Débutant sa carrière artistique à travers un regard introspectif sur sa propre histoire, il se consacre ensuite à la vie des autres et à leurs souvenirs. Abordant tour à tour plusieurs médiums, peinture, pâte à modeler, carton, objets trouvés… chaque pièce nous replonge dans un passé, fictif ou réel, dramatique ou comique, à la manière de reliques.  Au fil de ses créations, la photographie devient le moyen le plus efficace de rendre le caractère éphémère de la vie. Cette série, représentative de sa pratique photographique, présente une estimation de 8 000 à 10 000 euros, pour chacune des épreuves.

.

Christian Boltanski fait partie des acteurs incontournables de l’art contemporain. Plusieurs de ses œuvres, pour la plupart des installations et des reliquaires, atteignent rapidement les milliers d’euros. C’est le cas par exemple de ses Monuments, dispositifs sous forme de totems mêlant des photographies et des ampoules électriques, dont les prix peuvent varier entre 15 000 et 100 000 euros. En France, le dernier record est détenu par un Monument de 1985, adjugé 58 000 euros en décembre 2009 à Paris. L’œuvre la plus renommée de ce boulimique d’images n’est pas encore achevée et pourtant elle a déjà trouvé son propriétaire : depuis le 1er janvier 2010 et jusqu’à sa mort, l’artiste se filme en continu dans son atelier. La vidéo est diffusée dans une grotte en Tasmanie. La performance a été vendue en viager au collectionneur David Walsh, pariant sur la date de son décès. A l’âge de 65 ans, Christian Boltanski construit sa dernière œuvre sur le fil du rasoir entre la vie et la mort.

.
Lien vers l’annonce de la vente

Haut de page

Vous aimerez aussi

5 choses à savoir sur Line Vautrin

Le 7 août 2020 | Mis à jour le 7 août 2020

Créatrice de boutons, bijoux et objets de décorations, Line Vautrin s’illustre à Paris dans de nombreux domaines dès les années 1920. Après un succès à l’Exposition universelle de 1937, elle […]