Le 14 mars 2016 | Mis à jour le 14 mars 2016

Les couleurs de Constantin Kluge à Senlis

par Interencheres

banniere

[Vente à venir] Avoir des parents russes, passer son enfance en Lettonie, faire ses études en Chine et finir sa vie dans un petit village de l’Oise, voici le parcours de Constantin Kluge (1912-2003), peintre paysagiste et portraitiste apparenté au réalisme poétique. Samedi 19 mars 2016, Maître Dominique Le Coënt – de Beaulieu organise à l’Hôtel des Ventes de Senlis et sur le Live Interencheres une vente aux enchères aux allures de rétrospective, comprenant 82 tableaux de cet artiste prolifique estimés entre 50 et 1 500 euros.

.
Constantin Kluge réalisait aussi bien de sobres portraits que des paysages, des vues de Paris ou des représentations de l’Oise. Il avait une production variée marquée par des couleurs généralement froides. Ayant une formation d’architecte, il aimait particulièrement « peindre la capitale, son effervescence, ses lignes architecturales et avait d’ailleurs aménagé un espace de travail sur le toit de sa camionnette pour peindre en hauteur et avoir ainsi une autre vision de la ville », raconte le commissaire-priseur. À travers ses toiles, le peintre ébauche également un panorama bucolique et coloré de l’Oise en représentant ses villages et ses monuments.

.

215058_ce3b7bd99f9d0628fcff6fd52dd7c24e

Apprécié des amateurs d’art, Constantin Kluge a reçu de nombreux prix témoignant de son talent, comme la Médaille d’or du Salon de Paris en 1962. Il bénéficie notamment d’une bonne cote aux États-Unis grâce à sa série Indian Summer, composée de paysages de la banlieue américaine en automne, dont sont issues deux des toiles présentées et estimées entre 500 et 1 200 euros.

.

Lien vers l’annonce de la vente

Haut de page

Vous aimerez aussi

Expertise : un cartel d’époque Régence en marqueterie Boulle

Le 21 janvier 2021 | Mis à jour le 21 janvier 2021

Les cartels comptent parmi les rares objets encore fabriqués en marqueterie Boulle au milieu du XVIIIe siècle. Jacques Dubarry de Lassale décrypte ce travail d’une extrême minutie à travers l’expertise […]