Le 7 février 2017 | Mis à jour le 8 février 2017

Les trois coups de marteau de la semaine

par Interencheres

banniere-tenture

Une brebis de Lalanne adjugée à 155 000 euros, le chef-d’œuvre Art nouveau d’une brodeuse à 27 500 euros et des céramiques de Denbac chères aux Berrichons jusqu’à 2 000 euros, retour sur trois beaux résultats enregistrés les 1er, 4 et 5 février 2017 (les prix sont indiqués hors frais)..

 

155 000 euros pour la brebis de Lalanne : quelle bêêêhlle adjudication !

133342_2f0f1d7d8356a48968ec2cb3360d6517_normaleDimanche 5 février 2017, une sculpture de François-Xavier Lalanne (1927-2008) a été adjugée à 155 000 euros par Maîtres Isabelle Goxe et Laurent Belaïsch à l’Hôtel des ventes d’Enghien-les-Bains, sous le regard ébahi des spectateurs.

.

Animal particulièrement apprécié des collectionneurs, la « Brebis », issue de la série des « Nouveaux moutons », a largement dépassé son estimation fixée de 90 000 à 110 000 euros, à la surprise du commissaire-priseur :  « Les sculptures de Lalanne sont à la mode, mais je ne pensais pas qu’elle ferait un tel prix ! La tendance se confirme, au-delà de nos espérances. C’est très étonnant car il ne s’agit pas d’un modèle unique, elle a en effet été éditée en 250 exemplaires, et deux brebis similaires ont été adjugées 110 000 et 105 000 euros par de grandes maisons de ventes internationales en novembre et décembre 2016. » Dans la salle, c’est un tonnerre d’applaudissements qui a mis fin à la bataille engagée entre des téléphones et un internaute obstiné. C’est finalement sur le live qu’un collectionneur a remporté la sculpture à 155 000 euros. Un beau souvenir pour le vendeur, qu’il n’a d’ailleurs pas manqué d’immortaliser avec sa caméra…!

.
.

25 700 euros pour le chef-d’œuvre d’une brodeuse

Les « Heures du Jour », une série de quatre broderies Art nouveau inspirées par les moments d’une journée ont totalisé 25 700 euros à l’occasion d’une vente aux enchères organisée par Maître Etienne de Baecque mercredi 1er février 2017 à Lyon. Chacune portait un nom parfaitement onirique : « Libellule du matin » a été adjugée à 5 800 euros, « Ombre et lumière au Zénith » à 2 400 euros, « Arbre de vie et lumière irisée de l’après-midi » à 7 500 euros et « La Nuit » (photo ci-contre) à 10 000 euros.

.

« Trois d’entre elles ont été acquises par un même acheteur étranger, précise Raphaël Maraval-Hutin expert de la vente, et « La Nuit » rejoindra donc cette grande collection européenne. En plus de concentrer toutes les techniques de la broderie, cette tenture offre un registre ornemental totalement poétique et typique de l’Art nouveau : sous un bouquet stylisé tournoie un couple de libellules autour de cerceaux de fleurs et de papillons. » Ces quatre panneaux sont l’œuvre d’une artiste de la région de Lyon du nom de Jeanne Vicard-Mayonnade (1885-1967). « Il s’agit certainement de son chef d’œuvre de brodeuse, réalisé au début du XXe siècle alors qu’elle n’avait qu’une vingtaine d’années. Ces tentures sont toujours restées dans sa famille, mais chez quatre héritiers différents. Le dernier propriétaire de « La Nuit » a réussi à convaincre les trois autres de mettre l’ensemble complet aux enchères. »

.
.

Jusqu’à 2 000 euros pour les céramiques berrichonnes de Denbac

La vente des 326 céramiques signées Denbac organisée par Maîtres Olivier Clair et Michel Darmancier à l’Hôtel des ventes de Bourges a fait salle comble samedi 4 février 2017.

.

L’intérêt des Berrichons se confirme pour ces pièces produites en nombre par la fabrique que le céramiste René Denert et le gestionnaire René-Louis Balichon créèrent au début du XXe siècle à Vierzon. Issues d’une même collection de la région, les œuvres ne devraient ainsi pas avoir de mal à s’acclimater à leurs nouveaux intérieurs ! « Ces grès caractéristiques de Denbac et aux formes évoquant volontiers l’Art nouveau ont beaucoup de succès auprès des collectionneurs de la région, explique Laurent Laplace, clerc de la maison de ventes. Nous nous doutions donc que le prix de certaines pièces allait flamber, mais nous ignorions lesquelles. J’aurais plutôt parié sur l’ « Hippopotame » qui fait toujours un très beau score, mais nous avions affaire à des collectionneurs aguerris qui le possédaient déjà très certainement. » Adjugé 1.450 euros, l’« Hippopotame » a ainsi été devancé par Le « Couple de bisons » et le « Cache-pot à décor de six hirondelles » qui ont trouvé preneur à 2 000 euros, suivis de près par le « Buste d’homme au chapeau » (photo ci-contre) adjugé à 1 900 euros.

Haut de page

Vous aimerez aussi

Les tambours militaires, 500 ans d’histoire

Le 23 juin 2022 | Mis à jour le 23 juin 2022

Dans la catégorie extrêmement vaste du Militaria qui inclut, à côté des armes elles-mêmes, tout équipement militaire, les instruments de musique sont des objets relativement méconnus. Les plus fréquemment rencontrés […]

Des œuvres de Street art en vente à Vannes

Le 22 juin 2022 | Mis à jour le 22 juin 2022

Berthet One, Pakone, Léo & Steph, Tito / Mulk… Une trentaine de Street artistes seront réunis le 25 juin à Vannes à l’occasion d’une vente aux enchères d’art urbain organisée […]

Les broderies royales espagnoles de la collection Fruman

Le 17 juin 2022 | Mis à jour le 17 juin 2022

A l’occasion de leur vente de prestige annuelle, la maison Rouillac dévoilera le 19 juin au Château d’Artigny à Montbazon un ensemble de broderies anciennes provenant de la collection Fruman, […]

Game Fair : les ventes aux enchères en ligne de mire

Le 16 juin 2022 | Mis à jour le 16 juin 2022

Rendez-vous incontournable de la chasse en France, le Game Fair accueillera les 18 et 19 juin à Lamotte-Beuvron deux ventes aux enchères dédiées aux armes de collection et arts animaliers. […]