Le 20 décembre 2014 | Mis à jour le 24 décembre 2014

Les trois coups de marteau de la semaine

par Interencheres

.

Retour sur trois beaux résultats de ventes aux enchères qui se sont déroulées la semaine dernière (les prix sont indiqués hors frais)..
.

Un record mondial pour un meuble de Leleu à 210 000 euros.
..

« Complètement imprévu et irrationnel ! » Maître François de Malafosse reste stupéfait par son coup de marteau donné lors de la vente du jeudi 11 décembre 2014 à Toulouse. Il a en effet adjugé 210 000 euros un meuble de Jules Leleu (1883-1961), établissant ainsi le record mondial de l’artiste !

La maison de ventes Marambat & de Malafosse avait estimé ce meuble à hauteur d’appui en placage d’écailles de tortue entre 10 000 et 15 000 euros. Un montant déjà surprenant pour son ancien propriétaire, qui ne prêtait pas la moindre attention à ce mobilier oublié dans sa ferme du Lot. Quelle ne fut sa surprise lorsque l’adjudication multiplia par vingt son estimation basse ! « Nous avions quinze téléphones de prévu, relate Maître de Malafosse. A partir de 140 000 euros, la bataille d’enchères s’est jouée entre un enchérisseur du Live d’Interencheres et un acheteur des États-Unis au téléphone. C’est finalement l’Américain qui fut victorieux ! Cet acheteur avait d’ailleurs récemment acquis un meuble similaire de Leleu, également couvert d’écailles de tortue, à 157 500 euros lors d’une vente parisienne en mars dernier. »
.
.

546 800 euros pour un petit musée
.

Auguste Renoir, Marc Chagall, Maurice Utrillo, Marie Laurencin… Tous ces grands noms de la peinture du début du XXe siècle étaient réunis au sein d’une même collection parisienne, rassemblant des œuvres emblématiques de la production des artistes, mise aux enchères le lundi 8 décembre 2014 par Audap & Mirabaud à Paris.
« Cette vente était l’occasion pour les particuliers de s’offrir des tableaux de qualité muséale signés par des icônes de l’art. L’atmosphère de la salle était électrique et de nombreux acheteurs internationaux (anglais, italiens, russes,…) s’étaient déplacés », relate Maître Fabien Mirabaud.
Parmi les œuvres attendues figurait l’autoportrait de Chagall, une mise en abîme significative de son travail représentant l’artiste dans son atelier. Une bataille d’enchères, assez rapide mais très efficace, doubla sa mise à prix de 60 000 euros. La vente a également récompensé un Renoir à 230 000 euros, un Marie Laurencin à 70 000 euros ; et une toile de Maurice Utrillo à 53 000 euros. Les six tableaux de la collection ont finalement totalisé 546 800 euros.

.
.

140 000 euros pour un meuble de Hache inconnu.
.

L’ancien propriétaire de ce meuble deux corps richement marqueté était loin de se douter de la valeur de son bien. D’après le décor recouvrant les quatre vantaux, la maison de ventes Aix Enchères a pu identifier un mobilier de l’ébéniste Thomas Hache (1664-1747), et plus particulièrement un modèle jusqu’alors totalement inconnu de sa production, dont aucun exemplaire n’avait été retrouvé…

Cette pièce unique en superbe état, initialement estimée de 50 000 à 80 000 euros, a été adjugée 140 000 euros samedi 13 décembre 2014 par la maison aixoise. Le jour de la vacation, de nombreux curieux intrigués ainsi que des étrangers s’étaient déplacés pour assister aux enchères. C’est finalement un acheteur français qui remporta l’adjudication, au terme d’une bataille d’enchères impliquant quatre personnes présentes en salle et plusieurs téléphones.

 

Haut de page

Vous aimerez aussi

Expertise : un cartel d’époque Régence en marqueterie Boulle

Le 21 janvier 2021 | Mis à jour le 21 janvier 2021

Les cartels comptent parmi les rares objets encore fabriqués en marqueterie Boulle au milieu du XVIIIe siècle. Jacques Dubarry de Lassale décrypte ce travail d’une extrême minutie à travers l’expertise […]