Le 20 février 2014 | Mis à jour le 24 février 2014

L’étreinte d’un nabi repenti

par Interencheres

[Le lot du jour] Nul besoin d’attendre la prochaine Saint-Valentin dans près d’un an pour célébrer les amoureux ! Aux enchères l’amour se fête tous les jours, comme le montre cette langoureuse « Étreinte » en bronze à patine brun, mise en vente le samedi 22 février 2014 par Maître Julien Debacker depuis Saint-Martin Boulogne et en direct sur le Live d’Intenrencheres. Notre fiévreux baiser a été réalisé par Georges Lacombe (1868-1916), un artiste rare sur le marché et d’ordinaire représenté en ventes publiques par ses œuvres nabies, à l’image de ses grands panneaux de bois aux formes stylisées.
.
Surnommé « le nabi sculpteur », l’artiste a découvert ce mouvement par hasard. A la suite de sa rencontre avec Paul Sérusier (1986-1927), présenté par des amis communs, il se rapproche de ce courant symboliste qui ne cherche pas à décrire le réel mais plutôt à retranscrire les émotions. Lacombe invite son nouvel ami nabi dans son atelier versaillais, où Sérusier va peindre une immense fresque. Les Nabis accourent alors à Versailles pour admirer l’œuvre. Au fur et à mesure des visites, le propriétaire des lieux va se rapprocher d’eux, et se met à réaliser leurs bustes.
.
A partir de 1905, l’unique sculpteur du mouvement nabi opère un virage pictural vers le postimpressionniste. Notre « Étreinte » radicalement réaliste et allégorique date de 1908, et se situe donc dans cette mouvance. Cette œuvre rare d’un artiste encore assez confidentiel sur le marché est estimée de 15 000 à 18 000 euros.

Lien vers l’annonce de vente du lot

Haut de page

Vous aimerez aussi

Expertise : un fauteuil Louis XV estampillé de Père Gourdin

Le 24 février 2021 | Mis à jour le 24 février 2021

L’estampille de Jean Gourdin, dit Père Gourdin, est le signe d’un art menuisier français d’excellence. Jacques Dubarry de Lassale décrypte les particularités de ces sièges remarquables à travers l’expertise d’un […]