Le 16 mars 2011 | Mis à jour le 28 juin 2012

Oeuvre choisie : L’armée miniature de Qianlong

par Interencheres

To read this article in English, click here

Le samedi 26 mars 2011 à Toulouse, Maître Labarbe proposera aux enchères cette exceptionnelle et rarissime peinture impériale chinoise « Manoeuvres » de la série « La Grande Revue », datant du règne de Qianlong (1736-1795). Son estimation est comprise entre 3 et 4 millions d’euros.

  • Voir l’annonce de la vente de cette peinture
  • .

    La fièvre Qianlong

    Le 26 mars également, pour la troisième fois, un sceau impérial chinois est proposé aux enchères par Maîtres Chassaing et Marambat à Toulouse. Il est surmonté de deux dragons adossés et enlacés, finement sculptés en ronde-bosse, en jade néphrite blanc – matière associée à l’idée de l’immortalité. Les caractères inscrits dans sa base indiquent dans une écriture archaïque « Qianlong yubi », soit « du pinceau impérial de Qianlong », Empereur ayant régné de 1736 à 1795. Travail de très belle qualité, ce sceau appartenait au souverain, lui permettant de signer ses documents. L’empreinte de celui-ci est d’ailleurs référencée dans le « Qianlong baosou », Recueil des sceaux de l’empereur Qianlong. Haut de 7,55 cm, il est estimé entre 1 et 1,5 million d’euros.

    Get the flash player here: http://www.adobe.com/flashplayer

    .

  • Voir l’annonce de la vente de ce sceau
  • .
    Qianlong est l’un des trois empereurs mandchous qui ont marqué de leurs personnalités le règne des Qing. Les œuvres associées à son nom enflamment actuellement le marché de l’art chinois, pour preuve le sceau impérial vendu à Toulouse par l’étude Chassaing-Marambat en avril 2010 qui a trouvé preneur à 2 800 000 euros (lire notre article) ou à Laval, le vase « shangping » en porcelaine émaillée céladon à décor moulé sous couverte adjugé 1 023 000 euros par Maîtres Hiret et Nugues en novembre de la même année (écouter notre programme). Le 7 mars dernier à Paris, l’étude Oger-Camper adjugeait quant à elle une gourde de pèlerin « bian hu » 200 000 euros et un vase « shangping » 195 000 euros, tous deux en porcelaine décorée en bleu sous couverte, présentant au revers de leur base la marque à six caractères en zhuanshu de Qianlong.

    Get the flash player here: http://www.adobe.com/flashplayer

    .

    [iframe http://maps.google.fr/maps/ms?ie=UTF8&msa=0&msid=202705114734334940072.00049e7068e90aae03874&ll=46.739861,3.032227&spn=10.542519,19.775391&z=5&output=embed 450 350]

    Afficher Deux ventes d’arts asiatiques à Toulouse sur une carte plus grande

    .

    Haut de page

    Vous aimerez aussi

    Tout connaître sur les cuirs de Cordoue

    Le 23 juillet 2021 | Mis à jour le 23 juillet 2021

    Utilisé pour confectionner des tentures murales ou recouvrir des sièges, meubles ou paravents, le cuir doré ou cuir de Cordoue parait les plus belles demeures européennes jusqu’à la fin du […]

    Takanori Oguiss, un peintre japonais à Paris

    Le 21 juillet 2021 | Mis à jour le 21 juillet 2021

    Sensible au charme pittoresque parisien, Takanori Oguiss s’est illustré à travers ses vues de la capitale où il s’établit durant l’entre-deux-guerres. Le 24 juillet à Vannes, Jack-Philippe Ruellan présentera aux […]

    5 choses à savoir sur le designer danois Hans Wegner

    Le 20 juillet 2021 | Mis à jour le 21 juillet 2021

    Surnommé le Master of chairs, Hans J. Wegner est l’un des pères du design scandinave. Cet artisan-designer danois a révolutionné l’histoire du mobilier avec ses meubles modernes et élégants, alliant […]

    Les œuvres d’art numérique à l’aune du droit

    Le 15 juillet 2021 | Mis à jour le 15 juillet 2021

    Si l’art numérique s’est développé dès les années 1960, c’est au cours des années 1990 que les artistes se sont véritablement emparés des nouvelles technologies informatiques pour créer. Aujourd’hui, les […]