Le 18 février 2014 | Mis à jour le 13 mars 2014

Oh my dogue !

par Interencheres

Une meute de plus de 250 chiens passera sous le marteau de Maître Frédéric Farbos le samedi 22  février 2014 à Pamiers. Ces molosses miniatures au pelage de céramique, de bronze, de plastique et même de véritables poils présentent un point commun : tous s’avèrent être des dogues, voire des bouledogues, collectionnés par le même amoureux de cette race..

.

Connaissez-vous l’histoire du maître qui possédait plus de 250 chiens, et qui n’avait jamais besoin de les sortir ? C’est un autre Maître, le commissaire-priseur Frédéric Farbos qui pourra vous conter cette histoire le samedi 22 février 2014 à Pamiers, près de Toulouse. Il dispersera ce jour-là la collection d’un Bordelais passionné de dogues et de bouledogues, qui a passé plus de 40 ans de sa vie à amasser les représentations miniatures de ces molosses à poil ras. Les oreilles dressées, l’air renfrogné ou joueur, rongeant un os, assis, couchés, en complet-veston ou affublé d’un nœud papillon, tous ces chiens cohabitaient sans heurt dans les grandes vitrines qui leur servaient de niche.
.

.

Malgré leur silence, ces bêtes au museau aplati racontent près de 200 ans d’histoire, car les plus âgés sont en effet nés au début du XIXe siècle. En plus de d’émerveiller votre vue avec leur pelage de bronze, de céramique, d’ivoire, de porcelaine et de plastique, ils pourront vous rendre mille et un services : casse-noix, porte-crayon, encrier, bouchons de radiateurs pour les voitures, manche d’ombrelles, pichets, pots à tabac et même radio. Electrifiés et dotés d’une paire d’yeux vitrés, certains d’entre eux réussiront même à vous éclairer !

.

.

Si les premières estimations démarrent à 15 euros, les enchères devraient s’envoler à plusieurs centaines d’euros pour ce bouledogue-jouet d’époque Napoléon III (photo ci-dessus, au centre et à droite) « parfaitement terrifiant ! Avec ses véritables poils de chiens collés sur son corps en carton bouilli, sa musculature saillante et sa mâchoire imposante, il paraît plus vrai que nature. Et lorsque l’on tire sur sa laisse, il ouvre la gueule en grognant », s’exclame Maître Farbos à propos de ce spécimen estimé entre 300 et 500 euros. Le commissaire-priseur a également jeté son dévolu sur ce couple de jeunes bouledogues français (photo ci-dessus, à gauche). « Il s’agit d’une œuvre de Léon Danchin (1887-1938), un artiste réputé pour ses dessins animaliers et ses scènes de chasse. J’aime beaucoup la complicité qui unit ces deux chiots, qui semblent prêts à jouer ensemble ! »

Lien vers l’annonce de la vente

 

Haut de page

Vous aimerez aussi

5 choses à savoir sur Line Vautrin

Le 7 août 2020 | Mis à jour le 7 août 2020

Créatrice de boutons, bijoux et objets de décorations, Line Vautrin s’illustre à Paris dans de nombreux domaines dès les années 1920. Après un succès à l’Exposition universelle de 1937, elle […]