Le 27 septembre 2016 | Mis à jour le 28 septembre 2016

« Paris mon amour », une vente capitale

par Interencheres

« Reconnaissable au premier coup d’œil, le mobilier urbain parisien exerce une véritable fascination dans le monde entier », s’exclame Maître Christophe Lucien commissaire-priseur à Nogent-sur-Marne et éternel amoureux de Paname. Chaque année, il organise une vente aux enchères dédiée à sa ville de prédilection. Au cours de cette sixième édition, qui aura lieu lundi 3 octobre 2016 à Paris, le grand public pourra acquérir d’anciennes banquettes de métro, une fontaine Wallace, des lampadaires, un kiosque à journaux, la porte d’entrée à tambour du Café de la Paix, un banc public, une enseigne de marchand de tabac en forme de carotte et de nombreux autres souvenirs parisiens. Visite guidée au cœur de cette vente capitale.

.

Pili, les plans lumineux du métro

« Pour la toute première fois, des Pili seront proposés aux enchères publiques ! Présentés pour la première fois à l’Exposition universelle de 1937, ces « plans indicateurs lumineux d’itinéraires » permettaient aux voyageurs de tracer leur itinéraire depuis la station où ils se trouvaient. Le voyageur appuyait sur le bouton correspondant à la station où il souhaitait se rendre, et l’itinéraire le plus rapide à emprunter s’allumait sur le plan grâce à de petites ampoules. Bien pratique, voire indispensable avant l’arrivée des applications ! Chaque Pili était spécialement programmé pour la station où il se trouvait. Ceux des stations Havre-Caumartin, Pont de Levallois, Porte de Saint-Cloud et Porte de Champerret seront chacun mis aux enchères avec une estimation de 1 000 à 2 000 euros. Les bénéfices de ces ventes serviront à la remise en état du patrimoine de la RATP, qui nous a d’ailleurs confié plusieurs des lots proposés. »

.

De l’air de Paris en conserve 

« Autrefois, lorsque l’air de Paris n’était pas (aussi) pollué, les boutiques de souvenirs proposaient aux touristes de ramener un petit souffle parisien chez eux ! Nous proposerons l’une de ces anciennes boîtes en forme de conserve de sardines figurant une tour Eiffel et la mention « Air de Paris – Paris air ». La composition détaille notamment un contenu d’azote, d’hydrogène et d’oxygène et la mise en garde suivante : « ne pas ouvrir, contenu irremplaçable. » Avis aux nostalgiques d’un Paris moins pollué, ce lot est estimé de 10 à 20 euros ! »

.

.

.

..

Un air de Beethoven pour Chagall

« En 1977, l’illustre pianiste Mikhaïl Rudy, alors jeune et brillant pianiste d’Union soviétique, profite de sa première tournée en Europe de l’Ouest pour demander l’asile politique en France. Cette même année, le violoncelliste Mstislav Rostropovitch souhaite organiser un concert en l’honneur des 90 ans du peintre Marc Chagall, mélomane averti. Rostropovitch a alors l’idée d’associer aussi ce jeune pianiste Rudy qu’il veut aider. Alors que Mikhaïl Rudy se cache des services secrets soviétiques, ce soir-là il joue à Paris pour et devant Chagall, avec les plus grands musiciens, le Triple Concerto de Beethoven. Le piano que nous présentons fut utilisé pour ce concert historique et parisien du 7 juillet 1977, le premier de Mikhaïl Rudy en occident.  Le cadre fut par la suite signé par quelques-uns des plus grands pianistes du monde entier : Youri Boukoff, Gabriel Tacchino, Jean- Aldo Ciccolini, Samson François, Tamas Vasary, Claude Kahn, Philippe Entremont… Son estimation est de 8 000 à 10 000 euros. »

.

.

Par le trou de la serrure de l’Hôtel de Ville

222

 

En 1871, un incendie provoqué par les activistes de la Commune de Paris détruit totalement l’Hôtel de Ville. Dès 1874, la reconstruction de l’édifice est lancée avec comme projet de faire participer tous les plus grands artisans parisiens. Les fondeurs, ciseleurs et doreurs de la Maison Bricard, installée sur le Faubourg Saint-Antoine, proposèrent ce projet de serrure, destinée à l’une des fausses portes à double battant. Le cartouche central de cette précieuse réalisation en bronze ciselé et doré est orné du blason couronné et de la devise de Paris. Son estimation oscille de 200 à 300 euros. »

.

Lien vers l’annonce de la vente aux enchères

Haut de page

Vous aimerez aussi

Un dessin inédit du Bernin découvert à Compiègne

Le 1 mars 2021 | Mis à jour le 1 mars 2021

Quelques mois après l’adjudication record à 24,2 millions d’euros d’un panneau du peintre primitif italien Cimabue, la maison Actéon présentera aux enchères le 20 mars une sanguine inédite du Bernin. […]

Expertise : un fauteuil Louis XV estampillé de Père Gourdin

Le 24 février 2021 | Mis à jour le 1 mars 2021

L’estampille de Jean Gourdin, dit Père Gourdin, est le signe d’un art menuisier français d’excellence. Jacques Dubarry de Lassale décrypte les particularités de ces sièges remarquables à travers l’expertise d’un […]