Le 27 mars 2014 | Mis à jour le 27 mars 2014

Renoir sur tous les fronts

par Interencheres

A son époque Pierre-Auguste Renoir (1841-1919), dit Auguste Renoir, était injustement considéré comme le peintre des œuvres bâclées et inachevées… Deux siècles plus tard ses sujets académiques sont fortement plébiscités par le marché. Il atteint en effet des records en salles des ventes, dépassant régulièrement la borne du million d’euros. En 2013 à Londres, son œuvre « L’ombrelle » de 1878, atteint la somme de 10 millions d’euros. Les travaux de Renoir ne sont pas réservés uniquement aux enchères internationales, en voici notamment six qui passeront en vente, en cette fin de mois de mars, dans toute la France…

.

.

Lundi 31 mars 2014 à Lyon et en direct sur le Live Interencheres, Maîtres Antoine Berard, François Peron et Clément Schintgen proposent deux toiles de l’artiste. Toutes deux proviennent de collections particulières différentes et montrent le virage artistique pris par Renoir, qui dépasse l’impressionnisme en devenant, avec ses paysages, le précurseur de la peinture abstraite. « Paysage à Cagnes » de 1911 est estimé de 60 000 à 80 000 euros (en haut, à gauche). L’œuvre « Paysage fleuri » est quant à elle estimée de 100 000 à 120 000 euros (en haut, à droite). L’une des huiles sur toile de Renoir de la même époque que celles-ci, « La Colline Rouge », a été adjugée l’année dernière pour 122 608 euros, preuve que l’artiste enflamme toujours les enchères.

.

.

Également connu pour être un excellent dessinateur, Renoir rencontre le sculpteur Auguste Rodin à la galerie Georges Petit, dans laquelle il expose en 1886. Les deux Auguste deviennent très complices et Renoir réalise alors de nombreux portraits du sculpteur, notamment cette sanguine en 1914. Renoir avouera d’ailleurs avant de faire le portrait de son ami (en haut, au centre) : « Il faudra (…) que je me pénètre bien de Rodin (…) il a une tête assez particulière. » Ce visage que Renoir trouvait si particulier est proposé aux enchères par Maîtres Isabelle Bailly-Pommery et Pascal Voutier lundi 31 mars 2014 à Paris. Il est estimé de 250 000 à 300 000 euros (en haut, au centre). Une autre sanguine de l’artiste sera également proposée lors de cette vente : « Portrait de Coco » qui est estimé de 8 000 à 10 000 euros (en bas, à gauche). « Coco » n’est autre que son fils, Claude Renoir, qui lui inspire de nombreuses œuvres notamment le très célèbre « Claude Renoir en clown », actuellement au musée de l’Orangerie à Paris.

 .

Maîtres Claude et Isabelle Boisgirard mettront, eux aussi, une étude de l’artiste aux enchères le 29 mars 2014 à Nice. Ce dessin à la mine de plomb figure des « Enfants jouant sur la plage ». L’étude est estimée de 30 000 à 50 000 euros (en bas, au centre). « Sur la place à Berneval » (en bas, à droite) fait également parti des lots présentés à la vente, il s’agit une gravure à l’eau forte présentant des dames assises de dos contemplant la plage. Signée sur la planche, elle est estimée de 800 à 1 000 euros.

Haut de page

Vous aimerez aussi

5 choses à savoir sur Line Vautrin

Le 7 août 2020 | Mis à jour le 7 août 2020

Créatrice de boutons, bijoux et objets de décorations, Line Vautrin s’illustre à Paris dans de nombreux domaines dès les années 1920. Après un succès à l’Exposition universelle de 1937, elle […]