Le 11 décembre 2014 | Mis à jour le 11 décembre 2014

Rosianu, un artiste à redécouvrir

par Interencheres

[Vente à venir] Le nom de Mathieu Rosianu ne vous dit sans doute rien et pourtant la production de cet artiste du XXe siècle fut très appréciée à la fin des années 1920. La Seconde Guerre mondiale ayant effacé la renommée qu’il s’était bâti dans les années 1930, c’est aujourd’hui Maître Frédéric Brossat qui nous permet de redécouvrir son art à l’occasion de la deuxième dispersion de son fonds d’atelier mis en vente le samedi 13 décembre 2014 à Saint-Etienne et retransmise sur le Live d’Interencheres

.

Né en Roumanie et installé en France en 1919, Mathieu Rosianu (1897-1969) commence à exposer au début des années 1920 après avoir terminé ses études d’art à Paris. Le début des années 30 marque pour lui une période d’intense activité. Marquée par l’apport de Cézanne et du cubisme, sa peinture s’inscrit alors dans une mouvance d’artistes proches du Parti communiste qui soulèvent la question de la représentation de l’engagement dans l’art. Intégrant l’Association des artistes et écrivains révolutionnaires constituée en 1932, Rosianu imprègne son art d’un fort caractère social. Cette vente proposera ainsi des œuvres au contenu militant, à l’instar de cette huile sur panneau intitulée Manifestants peinte vers 1933 et estimée entre 200 et 300 euros. Les portraits d’ouvriers et de figures populaires sont également très nombreux, la plupart d’entre eux étant réalisés au fusain. La Seconde Guerre mondiale affectera par ailleurs profondément l’artiste, qui exprimera au cours de l’après-guerre son mal-être dans des œuvres telles que Désolation (200-300 euros) et Désespoir (250-350 euros).

.

Les thèmes de Rosianu ne se résument pourtant pas qu’à cette peinture engagée. De nombreux lots de cette vente représentent des natures mortes, des paysages ainsi que des scènes de la vie quotidienne, sur des supports allant du dessin au crayon à l’huile sur toile, en passant par la gouache et le fusain.

.

.

Relativement modestes, les estimations proposées restent accessibles. L’expert Jacques Beauffet explique en effet que la redécouverte récente de l’artiste maintient pour l’instant une cote raisonnable. Ainsi, il situe la valeur des dessins et gouaches entre 150 et 700 euros, tandis que les huiles sur toile, panneau et carton sont estimées entre 500 et 3 000 euros, pour les plus grands formats. Illustrant cette large fourchette de prix, les lots de cette vente sont proposés pour des estimations allant de 50 à 4 500 euros. Nul doute que cette vente sera l’occasion de (re)découvrir cet artiste aux influences cubistes, dont les différentes œuvres intéresseront très certainement de nombreux collectionneurs particuliers et amateurs de dessins.

.

Lien vers l’annonce de la vente aux enchères

Haut de page

Vous aimerez aussi

Comment expertiser une table en cabaret ?

Le 13 janvier 2021 | Mis à jour le 14 janvier 2021

Désignant à l’origine un plateau, le terme cabaret est employé dès le XVIIe siècle pour décrire une table ronde, ovale, chantournée, triangulaire ou rectangulaire, comportant un plateau supérieur dont le […]

Défilé de ventes Militaria

Le 7 janvier 2021 | Mis à jour le 7 janvier 2021

Les passionnés de Militaria et souvenirs historiques auront le choix parmi une quarantaine de ventes organisées en ce début d’année 2021. Au programme, des casques, insignes, affiches ou médailles datant […]