Le 5 juin 2013 | Mis à jour le 6 juin 2013

Tableaux : les coups de cœurs de commissaires-priseurs

par Interencheres

Le modèle d’un jour de Pierre Bonnard à Paris, la fable du singe faisant des bulles à La Flèche et le souci du détail de Jan Brueghel le Jeune à Avignon… Trois commissaires-priseurs nous présentent leurs coups de cœur parmi les tableaux qu’ils présenteront dans leurs prochaines ventes aux enchères. 

.

La fable du singe faisant des bulles

« Un petit singe s’adonne à une expérience scientifique à base de bulles de savon, confortablement installé sur une console rocaille en bois doré Louis XV et adossé à un miroir à parecloses… J’aime beaucoup le contraste entre la préciosité du mobilier et la facétie de la saynète, directement inspirée des « singeries » du XVIII siècle qui mettaient en scène des singes humanisés et habillés à la mode de l’époque. L’auteur de cette huile sur panneau parqueté intitulée « La Physique », Gaston La Touche (1854-1913) avait l’habitude d’employer des singes dans ses tableaux. Si l’artiste accompagne généralement ses bêtes d’un humain, notre primate est ici seul en son royaume pictural. L’œuvre provient directement de la famille du peintre. Elle sera proposée à la vente pour une estimation de 8 000 à 10 000 euros, le samedi 8 juin 2013 à La Flèche, soit cent ans presque jour pour jour après la mort de son auteur survenue le 12 juillet 1913. » Maître Cyril Duval, à propos de la vente de « La Physique ou singe faisant des bulles » de Gaston La Touche.

.

.

.

.

.

.

Misia, muse éphémère de Bonnard

« Une atmosphère de sérénité et d’intimité émane de ce tableau de Pierre Bonnard (1867-1947). L’artiste nabi immortalise ici Misia Natanson, une personnalité de l’époque, égérie de nombreux artistes dont Toulouse-Lautrec et Renoir. Si les peintres ont l’habitude de la représenter dans le cadre de soirées mondaines, mettant en valeur la séductrice, Bonnard choisi de nous montrer une image plus intime de cette muse. Dans un cadrage resserré, Misia pose les yeux fermés, enlaçant son chien, sans doute dans sa maison de campagne à Villeneuve-sur-Yonne où le peintre avait l’habitude de se rendre. Très proche de la jeune femme, Pierre Bonnard l’est aussi de son époux, Thadée Natanson, mécène et co-fondateur de La Revue blanche, dans laquelle intervenait régulièrement l’artiste et qui contribua largement à sa renommée.  Le temps d’un tableau, Bonnard délaisse Marthe, son épouse et modèle de prédilection, pour rendre hommage à Misia… » Maître Fabien Mirabaud, à propos de « Misia Natanson et son chien », une huile sur panneau de Pierre Bonnard proposée à la vente le vendredi 7 juin 2013 à Paris (Hôtel Drouot) pour une estimation de 180 000 à 200 000 euros.

.

 

.
Le petit peuple animé de Brueghel

« A chaque fois que je regarde ce tableau de Jan Brueghel le Jeune (1601-1678), je découvre toujours une nouvelle saynète. Un homme ramant avec difficultés pendant que sa femme attend patiemment de l’autre côté de la barque, un taureau montant vigoureusement une vache, une femme épiant à sa fenêtre… et tous ces personnages se dirigeant avec détermination vers ce qui semble être un marché. Toutes ces scènes amusantes et étonnantes sont autant de témoignages sur la vie de l’époque. Réputé pour l’animation et la vitalité de ces œuvres, Brueghel le Jeune réalise ici un tableau d’un format intéressant, de 70 par 107 centimètres. Le paysage ainsi que le pont ont été peint par Joos de Momper II (1564-1635), qui collaborait déjà avec le père de l’artiste, Pieter Brueghel l’Ancien (1525-1569). Ce panneau transposé en toile et intitulé « Scène de rue au bord de la rivière » provient de la collection du baron Jules de Guerne, co-fondateur avec le prince de Monaco Albert Ier du musée océanographique de la Principauté. Il a été authentifié avec certitude par le Dr. Klaus Ertz, auteur du catalogue raisonné de Brueghel, qui après examen du tableau a situé sa réalisation vers 1627. » Maître Patrick Armengau, à propos du tableau Jan Brueghel II et de Joos de Momper II estimé entre 150 000 et 200 000 euros, qui sera mis aux enchères le samedi 8 juin 2013 à Avignon.

.

.

 

Haut de page

Vous aimerez aussi

Les ventes de fonds d’atelier, des musées éphémères

Le 17 septembre 2020 | Mis à jour le 17 septembre 2020

Révélant des artistes souvent méconnus ou oubliés, dont elles retracent l’entière carrière, les ventes de fonds d’atelier transforment les salles de ventes en de véritables musées éphémères.

Les enchères en musique

Le 17 septembre 2020 | Mis à jour le 17 septembre 2020

Gratter quelques accords de guitare, pianoter un refrain, empoigner un archet ou encore se mettre sérieusement à l’accordéon : la rentrée est souvent synonyme de bonnes résolutions à mettre en […]

Expertise d’une commode parisienne d’époque Régence

Le 17 septembre 2020 | Mis à jour le 17 septembre 2020

Datant du début du XVIIIe siècle, les commodes de l’époque Régence conservent la structure massive du style Louis XIV, tout en arborant des lignes plus souples et galbées, préfigurant le […]