Le 25 mai 2014 | Mis à jour le 26 mai 2014

Toutes les mains se lèvent pour Lotti !

par Interencheres

C’est au cœur du quartier de la place Vendôme et sous la verrière polychrome de l’hôtel Lotti, que s’est rassemblé un public de plusieurs dizaines de curieux et de professionnels de l’hôtellerie venus pour la vente du mobilier du luxueux palace.

La veille, l’hôtel fait salle comble et l’audience lève la main jusqu’à 20 heures dans la pièce de réception principale qui recevait toute l’aristocratie anglaise quelques années plus tôt. Un peu moins de monde en ce jeudi 15 mai 2014, mais les personnes présentes suivent le feu des enchères assidûment. Devant un portrait anglais daté de 1713, le commissaire priseur Maître Paul-Marie Musnier, de la maison Villanfray et Associés, débute la vacation par le mobilier qui a côtoyé Coco Chanel, Pablo Picasso, Winston Churchill, Paul McCartney et bien d’autres.

.

Après 7 minibars Indel adjugés à 350 euros, les prix s’envolent sur des portes-valises. A l’origine estimés 20 euros la paire, ils sont vendus 300 euros. Viennent ensuite des répliques de peinture de grandes tailles et de belles qualités retrouvées dans les réserves de l’hôtel : les enchères de l’une d’elle datant du XIXe siècle et représentant la cathédrale Notre-Dame de Paris débutent à 50 euros pour aboutir à 800 euros. Cette toile autrefois disposée sur les murs de la réception trouve donc un nouveau propriétaire qui ne compte pas s’arrêter là. En effet, il acquiert également plusieurs lots de 10 gravures, « de quoi décorer un nouvel hôtel ! », badine le commissaire-priseur. Les œuvres présentées sur chevalet s’enchainent sous le marteau, tandis que les lampes patientent fièrement sur les commodes anciennes qui entourent l’auditoire.

.

Alors que l’hôtel désire aujourd’hui renouveler son mobilier, les acheteurs ont saisi l’occasion de transformer leurs salons en véritables hôtels de luxe. Les passionnés de design européen du XXe siècle ont disposé de trois jours pour enchérir sur plus de 3 000 objets. « Tous les lots ont été vendus, le résultat est donc très positif », s’exclame le commissaire-priseur à la fin de son marathon de vacations. Parmi les plus importantes adjudications : la grande cheminée est partie à 5 800 euros et la table à gibier a elle été adjugée à 5 200 euros. Ces bons résultats montrent que l’engouement pour les ventes de mobilier hôtelier n’est pas prêt de s’essouffler !

.

Lien vers notre article publié avant la vente

Haut de page

Vous aimerez aussi

A Cannes, une vente en hommage à Jean Marais

Le 23 juillet 2020 | Mis à jour le 23 juillet 2020

Le 15 août à Cannes, se tiendra une vente en l’honneur de Jean Marais, personnalité influente dans le monde de l’art et du cinéma. La vacation proposera bronzes, lithographies et […]