Le 26 novembre 2015 | Mis à jour le 30 novembre 2015

Un clown dresseur de grenouilles

par Interencheres

[Lot du jour] Samedi 5 décembre 2015 à Nîmes et en direct sur le Live d’Interencheres, Maître Françoise Kusel et Maître Pierre Champion, avec l’assistance de Maître Jean-Pierre Lelièvre (tous les trois membres du Groupe Ivoire), présenteront, lors de leur vente d’Objets d’Art, d’Ameublement et Bijoux de Noël, leur « Clown dresseur de grenouilles » de Gustave Vichy. Il se cachait dans le grenier d’une belle maison depuis des dizaines d’années.

.

La poussière témoignait encore du temps que cet automate de 83 cm fabriqué vers 1900 avait passé à l’abri de la lumière. Une fois dépoussiéré, l’état de conservation de ses vêtements est remarquable, et son mécanisme semble complet : assis sur des dominos et un dé, il tourne la tête, cligne de l’œil et frappe des mains. A cet instant, à ses pieds, une grenouille debout croasse et deux crapauds s’agitent. Le chapeau du clown se soulève en signe de contentement.

.

À partir du milieu du XIXe siècle et pendant près de cent ans, des artisans parisiens donnent vie aux automates de salon, savant mariage de technique et d’art. Le gain de temps et la baisse du coût de revient permettent de fabriquer des automates en plus grand nombre et de les diffuser largement auprès d’une nouvelle clientèle, la bourgeoisie. Une véritable industrie de l’automate s’installe dans le Marais, à Paris, au milieu du siècle. Ses réalisations, présentées lors des expositions universelles, acquièrent rapidement une réputation d’excellence en Europe et jusqu’en Amérique et en Orient, où elles sont exportées.

.

Ébranlée par la guerre de 1870, la fabrication des automates reprend peu à peu, et les années 1880 voient la consécration de maisons comme Phalibois, Vichy, Lambert, Roullet Decamps ou encore Renou. C’est en 1862 que Gustave Vichy (1839-1904) et son père Antoine érigent l’atelier « Vichy et Compagnie » spécialisé dans la fabrication d’horloges et objets similaires. Après le décès de son père, Gustave reprend en main l’atelier et s’installe dans le Quartier du Marais et se consacre presque exclusivement aux automates abandonnant les Jouets mécaniques qui avaient constitué une part importante de la fabrique de ses parents. Notre clown automate, à rapprocher de la série de « Bob et sa grenouille savante », est estimé entre 8 000 et 12 000 euros.

.

Lien vers l’annonce de cette vente aux enchères

Haut de page

Vous aimerez aussi

Expertise : un cartel d’époque Régence en marqueterie Boulle

Le 21 janvier 2021 | Mis à jour le 21 janvier 2021

Les cartels comptent parmi les rares objets encore fabriqués en marqueterie Boulle au milieu du XVIIIe siècle. Jacques Dubarry de Lassale décrypte ce travail d’une extrême minutie à travers l’expertise […]