Le 19 janvier 2015 | Mis à jour le 19 janvier 2015

Un dessin exceptionnel du « sculpteur des princes »

par Interencheres

[Lot du jour] « C’est une œuvre exceptionnelle, de celles qui se retrouvent très rarement sur le marché », confie Maître Olivier Baron à propos du dessin préparatoire du sculpteur Henri de Triqueti (1803-1874) qu’il mettra aux enchères le dimanche 25 janvier à Montargis. Expertisé par le cabinet De Bayser et réalisé au crayon noir, sanguine et rehauts de gouache blanche, il fut offert par Triqueti lui-même à la famille du vendeur, un couple de retraités parisien qui vivait à Montargis.

.
Marqué par une culture classique et surnommé le « sculpteur des princes », Triqueti s’est particulièrement illustré dans l’imagerie religieuse et comptait parmi sa clientèle prestigieuse de nombreux princes et représentants du clergé. D’obédience catholique — il se convertira par la suite au protestantisme, sans doute influencé par ses allers-retours incessants en Angleterre — il représente en 1836 « Thomas More lisant la Bible et se préparant à la mort » (41,5 par 51 centimètres). Il y figure le théologien qui sera canonisé en 1935, un doigt pointé vers le ciel, assis au centre d’un groupe de personnes en recueillement. Tous leurs regards convergent vers la Bible ouverte devant le futur saint qui lui seul contemple le ciel, semblant le prendre à témoin.

.

 .

« Proposé entre 3 000 et 4 000 euros, ce dessin est une œuvre préparatoire du plâtre de Triqueti conservé au Musée Girodet à Montargis, qui semble d’ailleurs être très intéressé par cette œuvre. Ce type de dessin est de toute façon plus à même de séduire une clientèle spécialisée », confie Maître Baron. Très impliqué dans la vie de sa commune de Montargis, dont il sera d’ailleurs le maire de 1871 à sa mort, Henri de Triqueti est l’un des fondateurs du musée de la ville qui lui avait consacré une exposition monographique en 2007. Les collections permanentes comptent ainsi plusieurs œuvres du sculpteur, notamment une étude pour le gisant du Prince Albert que la reine Victoria lui avait commandée en 1864.

.

Lien vers l’annonce de la vente aux enchères

Haut de page

Vous aimerez aussi

Michel Biot, la nature à l’épreuve de l’abstraction

Le 6 octobre 2021 | Mis à jour le 11 octobre 2021

Le 25 octobre à Lyon, la maison Artenchères dispersera une centaine de toiles et œuvres sur papier provenant de l’atelier de Michel Biot. Une vente hommage à ce peintre abstrait […]