Le 21 mars 2014 | Mis à jour le 20 mars 2014

Une vente à couper le souffle…

par Magazine des enchères

[Le lot du jour] La monte-à-regret, le rasoir national, la veuve ou encore la lucarne, bon nombre de surnoms aussi fleuris qu’évocateurs ont été inventés pour désigner la guillotine, sans doute pour ne pas nommer frontalement cet objet tant redouté… Trente-sept ans après sa dernière utilisation en France, en 1977 à la prison marseillaise des Baumettes, la guillotine est aujourd’hui considérée comme un souvenir historique et se retrouve même au catalogue de ventes publiques. Ainsi Maîtres Virginie Bertrand et François-Xavier Duflos mettront aux enchères l’une de ces anciennes machines jeudi 27 mars 2014 depuis leur hôtel de ventes de Nantes et en direct sur le Live d’Interencheres.

.

« Cette guillotine porte l’inscription « Armées de la République », expression qui désignait au XVIIIe siècle les armées révolutionnaires françaises. Son utilisation était donc exclusivement militaire. Avec ses trois mètres de haut, cet échafaud du Second Empire devrait intéresser les collectivités et les châteaux ouverts au public », précise Maître Duflos. Son estimation est de 50 000 à 60 000 euros.

.
Lien vers l’annonce de ventes

Haut de page

Vous aimerez aussi

Ladurée Champs-Elysées vend son mobilier aux enchères

Le 7 février 2023 | Mis à jour le 7 février 2023

Avant de fermer ses portes pour plusieurs mois de travaux de rénovation, la Maison Ladurée vend aux enchères une centaine de meubles et objets d’art provenant de ses salons mythiques […]

De rares alguiers du XIXe siècle aux enchères à Brest

Le 3 février 2023 | Mis à jour le 3 février 2023

La phycologie sera à l’honneur lors de la vente aux enchères organisée par Yves Cosquéric, en collaboration avec Tiphaine Le Grignou, le 7 février à Brest. Trois ouvrages dédiés à […]