Le 21 mars 2014 | Mis à jour le 20 mars 2014

Une vente à couper le souffle…

par Interencheres

[Le lot du jour] La monte-à-regret, le rasoir national, la veuve ou encore la lucarne, bon nombre de surnoms aussi fleuris qu’évocateurs ont été inventés pour désigner la guillotine, sans doute pour ne pas nommer frontalement cet objet tant redouté… Trente-sept ans après sa dernière utilisation en France, en 1977 à la prison marseillaise des Baumettes, la guillotine est aujourd’hui considérée comme un souvenir historique et se retrouve même au catalogue de ventes publiques. Ainsi Maîtres Virginie Bertrand et François-Xavier Duflos mettront aux enchères l’une de ces anciennes machines jeudi 27 mars 2014 depuis leur hôtel de ventes de Nantes et en direct sur le Live d’Interencheres.

.

« Cette guillotine porte l’inscription « Armées de la République », expression qui désignait au XVIIIe siècle les armées révolutionnaires françaises. Son utilisation était donc exclusivement militaire. Avec ses trois mètres de haut, cet échafaud du Second Empire devrait intéresser les collectivités et les châteaux ouverts au public », précise Maître Duflos. Son estimation est de 50 000 à 60 000 euros.

.
Lien vers l’annonce de ventes

Haut de page

Vous aimerez aussi

L’éternel Baiser de Brancusi, immeuble par nature

Le 23 septembre 2021 | Mis à jour le 23 septembre 2021

Amour, suicide, héritage, politique et jeu de pouvoir, l’affaire dite du Baiser de Brancusi rivalise avec les séries les plus haletantes et fait pétiller les papilles des juristes passionnés d’art… […]

Expertise : un coffret rustique du XVIIe siècle

Le 17 septembre 2021 | Mis à jour le 17 septembre 2021

Doté d’un assemblage hétérogène d’essences et d’un placage de bois précieux, le coffret étudié par le maître ébéniste Jacques Dubarry de Lassale n’en demeure pas moins rustique dans sa conception. […]