Le 11 mars 2014 | Mis à jour le 11 mars 2014

Une vente « belle, belle, belle »

par Interencheres

Mike Brant, Claude François, Johnny Hallyday, Serge Gainsbourg… Ces grands artistes de la chanson française ont rythmé la bande son de votre vie. Le samedi 15 mars 2014, à Paris, Maître Olivier Coutau-Bégarie propose à la vente des souvenirs de ces stars incontournables et inoubliables.

.

Le chanteur israélien, chouchou des français dans les années 1970, Mike Brant est l’emblème du kitsch de cette décennie. « L’artiste engagé qui a chanté pendant la guerre du Kippour, est aussi un personnage au fort charisme sexuel qui a attiré des milliers de fans », détaille Christophe Fumeux, l’expert de la vente. L’un des costumes de scène du chanteur datant de sa tournée en 1973 est mis en vente par son ancienne compagne. La veste blanche cintrée à la taille avec son col pelle-à-tarte, des boutons en métal dorés. Cette tenue de scène est représentative de l’univers vestimentaire de Mike Brant et est très rare car, à ce jour, jamais aucun de ses effets n’était passé en vente. Ce costume mythique est estimé entre 700 et 900 euros. D’autres accessoires ayant appartenu au chanteur comme des bijoux, des chemises, des boutons de manchettes, un album photo personnel ou même une guitare seront également proposés lors de cette vacation.

.

.

.

Une Mercedes-Benz, coupé de couleur bleu-gris métallisé est également présente sur le catalogue de la vente. Le véhicule de collection est passé de main en main avec toujours la même anecdote du vendeur au client : cette automobile serait l’avant-dernière voiture de Claude François. II l’aurait acheté en juin 1973 et fréquemment utilisé lors de ses déplacements. A l’appui, une photographie prouve que le chanteur détenait en effet cette marque de véhicule. Cet objet mythique, avec 137.000 km au compteur, est en état de marche mais nécessite tout de même quelques petites restaurations. Estimation entre 9 000 et 12 000 euros.

.

.

.

« Love me, Please Love me » chantait Michel Polnareff en 1966, le chanteur est alors au sommet de sa gloire et pourtant, au début des années 1970 il décide de cacher ses yeux du public grâce à une paire de lunettes, aujourd’hui mythiques. Cette image emblématique du style décalé de l’artiste devient un véritable objet de culte. Il n’existe qu’une trentaine d’exemplaires et l’un d’eux est proposé ce samedi à la vente. Le spécimen dédicacé est estimé entre 800 et 900 euros.

.

.

.

Pour la première fois, de très nombreux disques d’or, de platine et de diamant seront rassemblés dans une même vente. Le disque d’or récompense toute l’équipe responsable de la production d’une chanson ou d’un album et pas seulement l’interprète, c’est la raison pour laquelle il existe beaucoup de disques. La valeur de ces objets discographiques évolue néanmoins en fonction de la popularité de la vedette.
Le disque d’or d’Annie Cordy pour « Tata Yoyo », disque de diamant pour l’album « Anamorphose » de Mylène Farmer, disque d’or des Jacksons Five, de Johnny Hallyday, de Vanessa Paradis et bien d’autres, sont estimés entre 100 et 2 000 euros.

.

.

.

Les partitions originales de Charles Trenet, de nombreuses photographies inédites de Tony Grylla, notamment celles de Jacques Dutronc et Romy Schneider lors du tournage « L’important c’est d’aimer » de 1975, Georges Brassens, Dalida, et bien d’autres lots étonnants, seront également mis en vente lors de cette vacation très complète sur la chanson française.

.

Lien vers l’annonce de la vente

Haut de page

Vous aimerez aussi

5 choses à savoir sur Line Vautrin

Le 7 août 2020 | Mis à jour le 7 août 2020

Créatrice de boutons, bijoux et objets de décorations, Line Vautrin s’illustre à Paris dans de nombreux domaines dès les années 1920. Après un succès à l’Exposition universelle de 1937, elle […]