Le 7 février 2014 | Mis à jour le 7 février 2014

Fabrication de tissus militaires et anti-feu

par Magazine des enchères

L’usine Noiret Bohain était spécialisée dans la confection de tissus à haute valeur ajoutée, comme la résistance au feu, pour la fabrication des uniformes militaires et de la sécurité civile (pompiers, policiers…).

Fondée il y a plus de cinquante ans, l’entreprise textile qui comptait autrefois Coco Chanel parmi ses plus fidèles clients vient d’être mise en liquidation judiciaire. Ses matériels seront mis aux enchères du 11 au 13 février 2014 par Maître Mercédès Muné. Divisée en trois sites de production spécialisés, la société s’occupait de tous le processus de création des textiles : de la création des bobines de fils à la mise en rouleaux. La commissaire-priseur dispersera l’ensemble des matériels à l’intérieur des trois usines de la marque.

.

.

Mardi 11 févier, la première vente sera organisée sur le site de Mondrepuis, près de Maubeuge. Maître Muné mettra en vente les machines de cardage, peignage, bobinage et retordage qui servaient à créer les bobines de fils. Parmi les matériels utilisés figurent plusieurs régulateurs, utilisés pour le travail sur la fibre brute. Ces machines sont estimées de 700 à 2 000 euros. La commissaire-priseur proposera également un autoclave de marque Xorella datant de 2004 et estimé à 10 000 euros (photo à gauche). Des machines à filer seront également dispersées, dont un modèle Suessen de 1997 estimé de 15 000 à 20 000 euros (photo de droite), ainsi que plusieurs bobinoires, servant à créer de plus petites bobines de fils (estimation de 5 000 à 12 000 euros).

.

.

La seconde vacation aura lieu le lendemain, mercredi 12 février, à Bohain-en-Vermandois. Le site s’occupait de l’ourdissage, qui consiste à garnir des rouleaux (ensouples) de fils afin d’alimenter le métier à tisser. Un ourdissoir de marque Benniger à commande déportée équipé d’un râtelier double de 384 bobines sera notamment présenté à la vente (photo de droite). Plus de vingt métiers à tisser seront dispersés, dont un modèle de marque Sulzer estimé à 15 000 euros (photo de gauche).

.

.

La dernière vacation aura lieu sur le site historique de la société, à Roubaix, le jeudi 13 février. L’usine était spécialisée dans la coloration et les multiples traitements spécifiques appliqués aux tissus, dont l’ignifugeage. Maître Muné mettra plusieurs autoclaves en ventes, et notamment une autoclave de marque Thies pouvant contenir 2 000 litres et présentant une estimation de 12 000 euros (photo de droite). Des solvanteuses figurent également au programme de cette vente, dont un ensemble de dérouleur et accumulateur Ehradt et Leimer de 2004 présenté sur la photo de gauche, composé d’une solvanteuse Sperotto Rimar (40 000 à 50 000 euros d’estimation). Près de quatre-cent rouleaux de textiles traités seront également mis en vente. Ce lot de 34 000 mètres de tissus Kermel, apportant une protection contre la chaleur et les flammes mais aussi contre les acides et les projections chimiques, est estimé de 15 000 à 20 000 euros.

.
Lien vers l’annonce de vente

Haut de page

Vous aimerez aussi

Nos conseils pour acheter une licence IV aux enchères

Le 21 mars 2024 | Mis à jour le 22 mars 2024

Vous êtes sur le point d’ouvrir un fonds de commerce, mais il vous manque la licence IV, le précieux sésame pour vendre des boissons alcoolisées ? L’un des rares moyens […]

Nos conseils pour acheter un restaurant aux enchères

Le 7 mars 2024 | Mis à jour le 15 mars 2024

Pour ouvrir votre restaurant, pourquoi ne pas tenter l’expérience des ventes aux enchères ? De nombreux fonds de commerce sont proposés chaque semaine sur Interencheres. Les commissaires de justice Marylou […]