Le 17 juin 2013 | Mis à jour le 17 juin 2013

A nous les petites (cylindrées) françaises !

par Interencheres

Si les marques de moto françaises se font de plus en plus rares, la situation était bien différente il y a cent ans, comme le rappelle la vente organisée à Epernay le 22 juin 2013. .

Les dix motos mises en vente le samedi 22 juin 2013 à Epernay par Maître Antoine Petit présentent toutes deux points communs. En plus d’être de fabrication française, elles ont été restaurées à la main par le même passionné. « Ce grand collectionneur de la région a rénové tous ces véhicules qui sont aujourd’hui en bon état, explique le commissaire-priseur. Certains modèles auront toutefois besoin de rafraîchissements ou de réparations supplémentaires. » Le jour de la vente, n’hésitez pas à demander aux experts présents sur place quelles sont les restaurations effectuées sur chaque modèle.

.

La majorité de ces françaises âgées de 50 à 100 ans sont de petites cylindrées (50 cm3). Mais la vente proposera également quelques « gros cubes » de l’époque (de 100 à 175 cm3).

.

.
Aujourd’hui rachetée par Yamaha, Motobécane est une marque française née en 1924. Ce modèle Poney de 50 cm3 date quant à lui de 1949 avec sa boîte à deux rapports, son réservoir de six litres et sa vitesse maximum de 45 km/h. (600 € – 800 €)

.

.
Pendant la première moitié du XXe siècle, Alcyon était l’une des principales marques françaises de vélo et de moto. Fondée à Neuilly-sur-Seine, la firme a produit de nombreux bolides qui se sont fait connaitre sur les routes des courses cyclistes avant la Seconde Guerre mondiale. Un modèle de plus en plus rare aux enchères. (600 € – 800 €)

.

.
Encore une marque française disparue, avec cette Terrot type VM de 100 cm3 en parfait état. Cette bécane des années 1930 possède un moteur à deux temps, des freins à tambour et surtout un design plutôt moderne pour son âge avancé. (800 € – 1 000 €)

.

.
Cette Motobecane MB 1 est certainement le modèle le plus surprenant de cet ensemble. Parfaitement restaurée, cette monture imaginée aux portes de Paris date de 1925. Elle avait fait un tabac à l’époque avec plus de 200 000 modèles vendus, mais rares sont les exemplaires encore aussi intactes que celui-ci. (800 € – 1 000€)

.

Lien vers l’annonce de vente

Haut de page

Vous aimerez aussi

Les Citroën Méhari s’arrachent aux enchères

Le 3 août 2020 | Mis à jour le 3 août 2020

Elle est revêtue d’une carrosserie en plastique, plafonne à 100 km/h et offre un confort des plus spartiates. Pourtant, la Citroën Méhari s’arrache à des prix élevés aux enchères. Décryptage…